Les émotions et l’intelligence émotionnelle

A quoi servent les émotions ?

Les émotions sont le reflet de notre cœur, de ce que nous ressentons. Elles sont responsables de la survie de l’espèce humaine en nous prévenant d’un danger ou d’une situation à laquelle il faut réagir.

Les principales émotions

Emotions

La peur

Elle sert à quoi ? Elle sert à se protéger d’un danger. C’est une émotion très utile puisque si elle n’existait pas on ne vivrait certainement pas aussi longtemps qu’actuellement. La peur va sécréter de l’adrénaline qui va nous amener à faire des actions pour nous protéger d’un danger :

  • se battre,
  • se cacher,
  • s’enfuir.

C’est une réaction ancestrale : les hommes des cavernes devaient être très à l’affût des dangers existants lorsqu’ils allaient chasser. Bon, de nos jours on a moins de risques de se retrouver face à face avec un mammouth, mais ce réflexe est resté dans nos gênes. Ceci dit c’est également la peur qui va affûter nos réflexes et nous permettre d’anticiper l’écart d’un camion sur l’autoroute pour éviter de lui rentrer dedans. Donc heureusement que la peur existe.

La tristesse

Ressentir de la tristesse quand on perd un être cher est également une réaction normale et qui nous sert à faire notre deuil, pour pouvoir continuer à vivre malgré tout. On peut ressentir de la tristesse quand on perd un objet également par exemple : mon fils m’a offert un bracelet pour mon anniversaire, je l’aime beaucoup et quand je le porte, il me fait penser à lui. Malheureusement, je l’ai perdu, il a dû glisser sans que je m’en rende compte, et  il a disparu. Je suis triste, car je tenais à cet objet, puis ensuite je vais ressentir de la colère « mais c’est pas possible j’aurais dû l’enlever pour faire du sport » on s’en veut. Puis petit à petit, on accepte et la tristesse passe.

Quand on est face à la disparition d’un proche, la tristesse influe sur notre mental et notre corps. Le métabolisme se ralentit, comme si on avait besoin de se renfermer sur soi-même pour pouvoir « renaître » plus fort.

La colère

La colère répond souvent à une injustice.

Par exemple : Vous êtes très très pressé, votre enfant vous attend à la garderie et elle va bientôt fermer. Juste ce jour-là il y a vraiment foule dans la rue, vous n’arrivez pas à passer pour prendre votre bus, et vous le voyez qui est là et qui va partir …. Sans vous… vous pestez sur tout le monde, c’est pire que de l’agacement, plus vous vous énervez, plus il y a de monde devant vous dirait on !

Mais si finalement vous attrapez votre bus, la colère tombe immédiatement. La colère sert également à affirmer son désaccord, à se faire respecter. A mettre une barrière de protection entre les autres et soi-même.

Par exemple : je reprends l’exemple du bracelet que mon fils m’a offert. Mon petit neveu le trouve très joli et ne cesse de le tripoter et de tirer dessus. Je lui demande de faire attention, que c’est fragile et que j’y tient, et là il se casse. Le neveu se fait gronder. Je suis en colère.  Ma colère va lui faire comprendre qu’il est allé trop loin alors que je l’avais prévenu, il a continué, et il a atteint une limite. Bien sûr, la colère ne dure pas. Mais voilà à quoi cette émotion peut servir.

La joie

La joie est une émotion que l’on partage, que l’on célèbre. C’est une fonction sociale qui unit les personnes, qui les rapproche. Le bonheur efface les pensées négatives, augmente l’énergie (on dit bien l’amour pourrait déplacer des montagnes).

Ces émotions, tout le monde les connaît, les ressent. Toutes les émotions sont utiles. Il y a un dicton qui affirme que la colère est mauvaise conseillère.

Pourtant se mettre en colère contre quelqu’un va servir à lui faire part de notre indignation ou d’une injustice.

En fait toutes les émotions quand elles sont prises sur le « fait » sont mauvaises conseillères. Si on prend la peur, la peur peut nous empêcher d’agir… c’est mauvais…

Ce qui est surtout mauvais pour nous c’est de ne pas être conscient de ce que l’on ressent et de mal « gérer » ses émotions.

Quand nos émotions prennent le dessus sur nos décisions, ou quand on surréagit face à des situations, c’est souvent que l’on se trouve en situation de stress, et on n’est plus « maitres » de la situation. Arriver à être conscient de ses émotions, de ce qui se déroule en nous, savoir adapter une réaction en se disant :

« -non, là je réagis de façon inappropriée face à la situation »

et savoir comment faire retomber son stress : C’est ce que nous apprend l’INTELLIGENCE EMOTIONNELLE.

intelligence cerveau/coeur

L’INTELLIGENCE EMOTIONNELLE

Tout le monde connaît le test d’intelligence qui est mesuré par le quotient intellectuel (QI). Et si d’autres formes d’intelligences moins connues mais tout aussi importantes existaient ? Comme l’intelligence émotionnelle.

Qu’est-ce que c’est ?

Voici les 5 composantes de l’intelligence émotionnelle :

  1. La connaissance des émotions : la conscience de soi, le fait de pouvoir identifier ses émotions.
  2. La maîtrise de ses émotions : la capacité d’adapter son comportement à chaque situation.
  3. L’auto-motivation : Contrôler ses émotions, savoir différer un sentiment pour ressentir une fluidité psychologique permet un bien-être et une excellente productivité.
  4. La perception des émotions d’autrui : l’empathie, savoir reconnaître et comprendre les émotions des autres et capacité à adapter son comportement en fonction de cela.
  5. La maitrise des relations humaines : être expert en relations sociales, être capable de construire des relations.

Comment s’en servir ?

La bienséance veut que nous cachions l’expression de nos sentiments. Le but ici est l’équilibre des émotions et non pas leur extinction. Imaginez un monde sans passions, sans sentiments… ce serait très ennuyant !

Non, l’idée avec l’intelligence émotionnelle est de gommer les extrêmes pour mieux vivre soi-même et mieux vivre avec les autres. Le bien-être c’est l’équation entre les hauts (les émotions positives) et les bas (les négatives) qui s’équilibre. On peut tout à fait éprouver globalement un sentiment de bonheur en ressentant parfois du désespoir ou de la colère.

S’entrainer à être conscient de ses émotions pour les réduire en prenant de la hauteur, et en relativisant, grâce à l’empathie. C’est une façon de réguler ses émotions.

Exemple : Je roule sur l’autoroute, je vais doubler donc je suis sur la voie de gauche. Et là, un bolide me dépasse sur la droite et se rabat à gauche en me faisant une queue de poisson. Je suis fou (folle) de rage et le traite de tous les noms d’oiseau car de plus j’ai failli lui rentrer dedans. En plus il freine maintenant pour bien me faire savoir que je le gênais. Ma rage augmente (vous imaginez bien la scène ? Vous aussi vous êtes indignés ?

Maintenant vous pouvez choisir de faire retomber la mayonnaise en vous disant :

-Ah voilà quelqu’un de bien pressé, il doit avoir vraiment une urgence pour se conduire et conduire comme ça j’espère qu’il ne va pas provoquer d’accident

Alors comment vous sentez vous ? Plus calme non ? Essayez la prochaine fois que vous avez un coup de colère à cause d’une tierce personne. Mettez-vous à sa place et imaginez que sa situation est vraiment grave.

On s’est servi ici de notre capacité à ressentir de l’empathie. Bien sûr, cela implique que nous ne laissions pas la colère dominer notre action. En revanche si moi-même j’étais déjà stressée et pressée et peut-être en retard, peut être que je n’aurais pas été capable de me mettre à la place du conducteur et de me calmer.

La place du stress dans l’intelligence émotionnelle

Globalement quand tout va bien pour nous, nous sommes capables de ressentir de l’empathie pour autrui, et de ce fait, tout événement peut être géré avec intelligence émotionnelle.

Si je suis stressée, ma capacité à prendre du recul va être quasiment réduite à néant. Et c’est dans ces conditions que l’on adopte des attitudes inappropriées, que la colère déborde, la tristesse est démesurée, la peur est injustifiée et la joie devient un peu « envahissante ».

Dans ces conditions notre perception de la réalité est un peu modifiée, amplifiée de façon négative. Pour faire retomber le stress, il faut :

  • L’intervention d’une personne qui rassure
  • Réussir à reprendre les rênes de nos émotions
  • Nuancer la raison ou l’élément qui a généré le stress

Pour cela on peut faire appel à la respiration (cohérence cardiaque), essayer la pratique de la méditation, qui au fil du temps améliore la conscience de soi.

Mieux communiquer grâce à l’intelligence émotionnelle

communiquer

Des outils tels que :

  • Process com
  • Comprofiles
  • Disc

Et d’autres encore proposent des méthodes pour apprendre à mieux communiquer en s’appuyant sur les principes de l’intelligence émotionnelle.

Je suis moi-même certifiée à l’outil Comprofiles qui est très utile pour aider à améliorer ses relations interpersonnelles. Si vous voulez en savoir plus contactez moi

J’espère que cet article vous a plu. J’aimerais que vous laissiez un commentaire si c’est le cas,(tout en bas de la page) 😊et n’hésitez pas à le partager. Merci

 

Sources : livre « l’intelligence émotionnelle » David Goleman ; process comcomprofiles ; disc

 

 

 

Partager l'article

8 réflexions sur “Les émotions et l’intelligence émotionnelle”

  1. Article très très intéressant, j’ai personnellement découvert tout ça il y a peu. J’ai enfin pu mettre un mot sur ce que j’étais « l’hypersensibilité » depuis je lis énormément de livre sur le développement personnel et cela m’aide aussi ! Je ne connaissais pas ce terme d’intelligence émotionnelle et je trouve ton article vraiment pertinent 😊
    Bravo

  2. Article super intéressant. Les émotions sont un sujet qui me passionne et je m’en sers beaucoup lors de mes accompagnements avec les parents et les enfants. Je ne connais pas le Comprofiles et
    Disc. Je serais curieuse d’en savoir plus sur ce sujet.
    Patricia, du blog famille-et-couple-heureux.com

    1. Bonjour Patricia, Comprofiles est un outil pour aider dans les interactions et la communication. Oui c’est super intéressant effectivement 😉
      Merci pour ton commentaire.

  3. Excellent article, merci. Les émotions sont parfois si difficile à communiquer et partager… Cela fait du bien d’avoir des renseignements pertinents en la matière 😀

  4. Bonjour Yseult, très intéressant ton article. Peut-être que tu pourrais nous faire un article sur chaque plateforme que tu recommandes pour nous dire comment elles fonctionnent. Laquelle préfères-tu ?

    1. Bonjour Mélissa, oui, après je peux surtout parler du comprofiles car c’est avec cet outil que je suis certifiée. Bonne idée en tout cas.👍🏻

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *