vivre sa vie

Vis comme si tu devais mourir demain : podcast épisode 11

Vis comme si tu devais mourir demain, apprends comme si tu devais vivre toujours

(Gandhi)

On est toujours pris dans le tourbillon de la vie. Dans tout un tas de croyances et de routines qui nous paraissent indispensables et qu’on n’imaginerait même pas se passer. Et pourtant tellement de choses sont inutiles, ou futiles. Des choses qui ne nous servent même à rien pour vivre sa vie, qui ne nous font pas plaisir, qu’on n’aime pas faire. Et qui n’apportent rien à personne.

Comme quoi par exemple ?

La première chose qui me vient à l’idée c’est les courses

Je ne sais pas de quelle façon vous faites vos courses, mais beaucoup de gens font des achats dans les supermarchés toutes les semaines de façon systématique. Alors que si ce n’était plus possible de faire des courses toutes les semaines, je suis sure qu’on tiendrait au moins 3 semaines avec tout ce qui nous reste.

Je ne vais pas faire une liste de tout ce qu’on peut enlever dans son organisation, à chacun de. Faire le scan de sa propre vie. vous pouvez aller faire un tour du côté de chez Mylène pour le minimalisme 😉

Mais si on joue à ce jeu :

Tu meurs demain, qu’est ce que tu fais aujourd’hui ? Maintenant tout de suite ?

  • Qui tu vas voir ?
  • A qui tu parles ?

En écoutant ça, je pense que vous imaginez des choses, peut être donner votre dém’, déménager, quitter quelqu’un ? rejoindre quelqu’un ?

Appeler sa grand mère ?

Et du coup pourquoi tu ne le fais pas puisque c’est si important pour toi ?

Et bien parce qu’on a le temps, le temps d’y rélfechir, de le faire plus tard, parce qu’on a besoin que ce soit un rêve peut être ?

Ca c’est un point à prendre en considération aussi. Il y a des gens qui ont besoin d’avoir des rêves, mais en fait, ils ne veulent pas vraiment que ces rêves se réalisent. Ca leur sert de refuge. Ils vont visiter leur rêves quand ils en ont marre de leur routine de leur train-train quotidien mais jamais au grand jamais ils ne changeraient. Sauf qu’ils pensent qu’ils aimeraient changer. Mais en fait non.

Je ne dis pas que c’est facile de changer.

De tout envoyer bouler. ET surtout parfois il ne vaut mieux pas. Parfois, le fait de changer juste sa vision des choses suffit pour avoir l’impression qu’on vit une vie de rêves. Et puis qui sait, peut-être que l’herbe n’est pas si verte ailleurs…Et si on regrettait la vie d’avant, la vie  qu’on vient de chambouler.

Les injonctions

Ou bien parce que on a des injonctions dans la tête : on se dit : sois forte, il faut tenir, ca ne se fait pas. C’est comme ça. Etc etc… Ces injonctions peuvent aider parfois, et d’autres fois, ce sont des freins pour vivre sa vie. Si c’est le cas, le mieux est de s’en débarrasser et de couper les chaines qui vous empêchent d’avancer.

Vous pouvez retrouver une vidéo sur youtube à ce sujet les croyances limitantes sur ma chaine.

Mais cette phrase, vis comme si tu devais mourir demain, je trouve qu’elle est follement romantique non ?  Elle donne envie de tout envoyer valser, et surtout de ne pas se retrouver à l’aube de la mort en se disant « Mince ! j’aurais du…… »

Alors voilà ce que je me dis, il faut essayer de vivre tout ce qu’on a à vivre. D’ouvrir ses yeux et ses oreilles et son cœur à toutes les opportunités qui peuvent vous arriver. Pour que vous ne soyez pas déçu un jour, ou que vous ayez des regrets.

Ce que je peux dire à mes enfants par exemple c’est : donne toi les moyens d’obtenir le meilleur que tu peux obtenir, et après choisis. C’est ça la richesse.

Et il y a aussi la seconde partie de la citation. Apprends comme si tu devais vivre toujours.

Je ne sais pas pour vous, mais pour moi l’école, le système scolaire ne me convenait pas. Je n’ai pas vraiment compris les règles à l’époque. Par exemple dès la grande section de maternelle ou on commence à apprendre à écrire, on avait des cahiers à grosses lignes. ET le but c’était d’écrire petit.

Donc j’ai trouvé logique d’écrire dans la plus petite ligne. Tout faux. Il fallait écrire sur la grosse. Première grande incompréhension. J’ai trouvé les enseignants tellement illogiques !

Heureusement, il y a d’autres façons d’apprendre. Un peu moins conventionnelles certes, et qui peuvent prendre plus de temps. Mais c’est pas grave. Ce qui est très intéressant c’est de se dire, qu’à tout âge on peut apprendre encore. Il y a juste une condition.

La motivation de vivre sa vie

On est tellement plus motivé à l’idée d’apprendre des choses nouvelles sur des sujets qui nous passionnent. Quand j’ai découvert le coaching (avant de faire ma formation) j’ai lu plein de bouquins sur le sujet. Et encore maintenant, il ne faut pas considérer que parce qu’on a eu une certification, un diplôme, ou autre, qu ‘on est le roi du monde et qu’on sait tout sur tout. Non, continuer d’apprendre, de se former, d’aller chercher plus loin, d’être curieux. Je parlais de richesse tout à l’heure concernant les enfants, et en fait si on arrive à continuer à se mettre dans l’état d’esprit d’un enfant qui ne sait pas et qui apprend on peut devenir extrêmement riche.

On peut apprendre de nouvelles choses à tout âge. Nos limites ne sont que celles que nous nous imposons. Si vraiment on fait l’effort de vouloir changer, de vouloir apprendre de nouvelles choses, c’est possible. Il faut juste accepter de se lancer de faire le premier pas. ET puis les autres arrivent obligatoirement.

Et puis il y a l’expérience. Selon ce qu’on vit, ce qu’on apprend sur les gens, sur les réactions qu’ils peuvent avoir. Par exemple durant cette crise sanitaire et le Covid. Je trouve que c’est très riche en termes d’expérience humaine. Pas toujours très beau par contre. Bon je pars d’une citation de Gandhi pour arriver au covid… ce n’était pas vraiment mon intention, on en entend assez parler. Mais en même temps, j’ai l’impression que cette situation de non savoir par rapport à l’avenir, nous mets face à nos peurs, nos doutes. On est un peu privés de liberté et personne n’est capable de dire quand est-ce que ça va s’arrêter, et du coup le fait de vivre et de profiter plus de l’instant présent se fait ressentir plus intensément.

J’aimerais bien que vous me disiez en commentaire ce que cette phrase de Gandhi vous évoque, et si la situation actuelle vous a amener à voir les choses différemment, à prendre un tournant dans votre existence ? Que ce soit en termes de minimalisme comme on en parlait tout à l’heure  ou en termes de changement de comportement, de vie, de vision, de job etc…

Et puis si cet article vous a donné envie d’aller plus loin dans le développement personnel, que vous soyez entrepreneur ou pas, n’hésitez pas à me contacter pour un appel découverte ( gratuit et sans engagement) pour vous aider à y voir plus clair.

Partager l'article

10 réflexions sur “Vis comme si tu devais mourir demain : podcast épisode 11”

  1. Ben je suis assez d’accord avec ce que tu écris.
    Et du coup je suis dans une démarche de minimalisme (qui me faisait de l’œil depuis longtemps mais le moment n’est arrivé que depuis quelques mois).
    Bref, désencombrer son intérieur désencombre son autre intérieur et du coup laisse la place à qqch de plus profond je trouve (et je n’en suis qu’au début !).

    En tout cas j’ai toujours eu du mal à me projeter loin et cette période est parfaite pour moi car on ne me demande plus de le faire !
    Du coup j’ai plus d’espace pour l’envisager et mettre en œuvre aujourd’hui ce qui me permet de construire demain, même si ça devait s’arrêter ce soir !
    Mes enfants savent que je les aime, c’est déjà pas mal !

  2. Bonne citation! en lisant un livre de Laurent Gounelle, je me suis rendu compte qu’une partie du bonheur, c’était de dire à ceux qu’on aime qu’on les aime! et ce n’est pas si compliqué que cela…

    Et cela me rappelle une citation de Benjamin Franklin “ne jamais rater une occasion d’apprendre quelque chose”

  3. tu as raison : les routines, c’est constructif, mais j’ai fréquemment envie d’en sortir. je suis super organisée, productive et tout d’un coup j’ai envie simplement d’écouter mon coeur et de ne pas suivre ma routine.
    Pour les courses, je suis capable de tenir avec mon placard, mais j’ai du mal à convaincre mes enfants !

    1. Tu as raison, rien de mieux pour se sentir libre que d’envoyer valser sa routine 😊 Et oui, les enfants 🙄 🤣🤣🤣

  4. L’injonction, les croyances limitantes, merci d’en parler. Il faut en parler sans cesse. Comment évoluer si on ne change pas ? La vie c’est le mouvement. Vie comme si tu allais mourir demain tout en planifiant vivre longtemps ! Comme ça on investit un peu dans le futur.

  5. Géraldine

    Merci pour le Podcast Vis comme si tu devais mourir demain ! J’ai compris cela il y a 4 ans et cela a changé ma vie sur bien des plans. Il est primordial pour moi de faire passer ce message car beaucoup de personnes restent engluées dans des problèmes qui n’en sont pas dès que l’on prend un peu de hauteur et que l’on envisage alors sa vie sous un autre angle ! Alors merci pour cette bouffée d’oxygène !

    1. Merci Géraldine pour ton commentaire. Et tu vois c’est tout le travail d’un coach egalement pour aider les personnes qui ne veulent plus être engluées 😊

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *